Thursday, July 28, 2011

Militaria No.173


Arme de reconnaissance, de liaison et de soutien, le g�n�ral Lyautey donne le ton sur l'emploi de l'aviation en mati�re aussi de bombardement : � Il faut que les Marocains sachent que I a�roplane est un instrument de guerre d'o� peut tomber de quoi faire br�ler ou faire sauter leurs douars �. En novembre 1912, une nouvelle escadrille form�e de cinq pilotes sur biplaces Deperdussin est bas�e au Maroc oriental. Relatant la premi�re op�ration de guerre du 21 d�cembre 1912 sur Dar-el-kadi, � 30 km de Mogador, le mar�chal Franchet dEsperey �crira en 1931 : � C'est sans doute au Maroc et par le signataire de ces lignes que l'aviation a �t� pour la premi�re fois employ�e devant l'ennemi �. Ces missions de combat aguerrissent les jeunes pilotes qui, bient�t, gr�ce � cet apprentissage, s'illustreront en France. Mais les vols ne sont pas sans danger, un aviateur tomb� chez l'ennemi est irr�m�diablement tu� ou, dans le meilleur des cas, �chang� contre une ran�on. Ao�t 1914 : les escadrilles bas�es au Maroc sont toutes rappel�es en France. Ce n'est qu'en 1916 que le g�n�ral Lyautey obtient deux escadrilles (n� 302 et 305 dot�es de Voisin et Farman) pour palier le manque de troupes terrestres, achemin�es en m�tropole. Elles op�rent avec l'infanterie en zone dissidente et permettront de contenir, voire de repousser les rebelles men�s par Abd-el-Malek (soutenu par l'Allemagne) sur l'Atlas.